Utilisation de Proloquo2Go pour parler du coronavirus

4 minutes de lecture

Tout le monde parle du coronavirus. Tout le monde veut en savoir plus et savoir comment cela va affecter sa vie. Erin, parent et éducatrice, écrit sur la façon dont nous pouvons parler avec les utilisateurs de la CAA, comme sa fille Maggie.

Ma fille Maggie utilise la Communication Améliorée et Alternative(CAA). Elle s'efforce de comprendre l'impact du COVID-19. Son rythme quotidien a changé avec la fermeture des écoles locales. Ses sorties de week-end préférées sont annulées. Nous sommes presque en hibernation ! Je peux voir son anxiété dans son comportement et l'entendre dans les sons qu'elle émet. Comment expliquer une chose aussi abstraite qu'un virus à quelqu'un qui n'utilise qu'un ou deux symboles à la fois pour communiquer ?

Explication du COVID-19 avec la CAA

Maggie comprend mieux les idées abstraites lorsque nous les expliquons à l'aide de sa CAA. Elle a besoin de ces supports visuels pour comprendre les nouvelles idées. Il est tentant de créer des pages spéciales dans sa CAA. Je pourrais ajouter de nouveaux symboles et de nouvelles images pour représenter tous ces nouveaux mots que nous entendons. Mais il y en a tellement de nouveaux : quarantaine, pandémie, éloignement social, et bien d'autres encore.

Heureusement, je n'ai pas besoin de beaucoup de nouveaux mots. Maggie dispose d'un système de CAA robuste et équilibré. Les mots qui sont déjà dans sa CAA sont presque suffisants. Par exemple, une pandémie est lorsque « de nombreuses personnes tombent malades en même temps ». Le COVID-19 est « un tout petit virus qui peut nous rendre malades ». Nous prenons de la distance par rapport à la société, ou « nous restons à la maison pour aider à ne pas rendre quelqu'un malade ». Si nous tombons malades, nous serons mis en quarantaine pour « empêcher les virus de rendre les autres malades ».

Je peux utiliser les mots ordinaires de Maggie pour expliquer ce qui se passe. Ce faisant, Maggie apprend de nouvelles façons d'utiliser des mots communs et familiers. C'est une compétence puissante pour quelqu'un qui utilise la CAA. Il y aura toujours des mots qui manqueront dans sa CAA, mais je peux lui apprendre à tirer le meilleur parti des mots qu'elle possède.

Parler du coronavirus de différentes manières

C'est aussi une bonne occasion de montrer à Maggie comment utiliser son clavier pour épeler les mots. J'épelle quand c'est un mot que nous ne sommes pas susceptibles d'utiliser beaucoup. Maggie est encore en train d'apprendre les noms de lettres et les sons, alors je me concentre sur la première lettre : « COVID-19... j'entends un C. » L'orthographe du mot manquant montre à Maggie que son clavier peut être un puissant outil de communication. Par exemple, si je dis « le virus, « C », vous pouvez deviner que je veux dire « COVID-19 » ou « coronavirus ».

5 Idées pour parler du coronavirus

1. Parler de ce qui se passe.

Il y a un virus qui rend les gens malades. Le virus va de personne en personne. Nous restons à la maison pour que le virus ne puisse pas nous atteindre et nous rendre malades. Nous nous lavons les mains pour éliminer les virus. Beaucoup de gens restent aussi chez eux. Si nous restons tous à la maison, nous ne tomberons pas tous malades. Si le virus s'attaque à nous et que nous sommes très malades, nous irons à l'hôpital. Les médecins et les infirmières nous aideront.

2. Parler de ce qui reste PAREIL.

Nous resterons à la maison. Nous dormirons dans nos propres lits. Nous nous habillerons et prendrons des bains. Nous cuisinerons de la bonne nourriture. Nous allons jouer avec les chats.

3. Parler de ce qui pourrait être DIFFÉRENT.

Nous n'irons pas à l'école. Nous n'irons pas au centre commercial. Nous n'irons pas voir nos amis. Nous ne prendrons pas le bus. Je n'irai pas travailler. Je vais rester ici avec toi.

4. Parler du MOMENT où cela se produit.

Il se peut que nous soyons obligés de rester chez nous pendant longtemps. Nous serons chez nous aujourd'hui, et demain. Nous serons chez nous jusqu'à ce que nous soyons sûr de pouvoir aller dehors. Ensuite, nous retournerons à l'école.

5. Parler des PRÉCÉDENTES EXPÉRIENCES.

Nous nous rappelons que le coronavirus est comme les fois précédentes que nous avons déjà vécues. Nous nous souvenons du temps où nous restions chez nous pendant une tempête de verglas et un blizzard.

Parler souvent du COVID-19

Il ne suffit pas de parler du virus une seule fois. Avec mes deux enfants, nous avons une conversation permanente. Maggie semble mieux comprendre les idées complexes lorsque nous en parlons régulièrement pendant plusieurs jours. Il est utile de mettre par écrit ce dont nous avons parlé pour pouvoir lire le texte ensemble.

AssistiveWare est là pour aider

Notre équipe de support et les communautés en ligne seront disponibles pour répondre à toutes les questions et vous soutenir en ces temps difficiles et changeants. N'hésitez pas à nous contacter.