À FAIRE et À NE PAS FAIRE de la CAA - Vocabulaire de base

Savez-vous que, en utilisant le vocabulaire de base, vous pouvez dire presque n'importe quoi ? Il est bien plus utile d'apprendre à utiliser le vocabulaire de base pour décrire et parler des choses que vous voyez et que vous connaissez, que d’être capable de dire un mot dont vous avez besoin une fois, mais plus du tout par la suite !

Continuons d’aborder notre série « À FAIRE et À NE PAS FAIRE » de la CAA et concentrons-nous plus spécialement sur les mots du vocabulaire de base. Il est passionnant de voir les éducateurs, thérapeutes et parents saisir l’occasion de fournir et de modéliser le langage sur des systèmes de CAA pourvus d’un vocabulaire solide de mots de base. Aujourd’hui, regardons de plus près comment utiliser les mots de base les plus fréquemment utilisés pour dire presque tout ce que vous voulez ! Il est bien plus utile d'apprendre à utiliser le vocabulaire de base pour décrire et parler des choses que vous voyez et que vous connaissez que d’être capable de dire un mot dont vous avez besoin une fois, mais plus du tout par la suite.

Modèle de l'apprentissage descriptif

Gail Van Tatenhove a développé une approche alternative pour les éducateurs qui enseignent à des étudiants utilisant la CAA. Le système de CAA doit être un système solide basé sur la haute fréquence d’utilisation des mots de base localisés à un endroit précis. Utiliser ce système tout en modélisant permet aux éducateurs de proposer un apprentissage réussi aux étudiants utilisant la CAA. Cependant, Gail Van Tatenhove est allée plus loin, en créant le modèle d’apprentissage descriptif. Celui-ci démontre à quel point il est plus puissant de montrer aux utilisateurs CAA comment utiliser leur vocabulaire pour décrire des choses, plutôt que d’être capable d'utiliser des mots spécifiques mais de moindre fréquence.
 
Jennifer Marden d’AssistiveWare écrit dans Enseigner grâce aux vocabulaire de base : construire des blocs pour la communication et les programmes scolaires : « ... au lieu de demander à l’étudiant de mémoriser des noms spécifiques pour répondre à des questions théoriques, l’étudiant utilise les mots de base pour décrire les concepts dans la leçon. Par exemple, au cours d’une leçon sur le cycle de la vie du papillon, l’enseignant peut interroger l’étudiant sur le stade de la chrysalide. L’enseignant peut poser une question très précise avec une seule bonne réponse, comme « quel est le nom du troisième stade de la vie du papillon ? » Pour répondre à cette question, l’étudiant doit avoir le mot chrysalide programmée dans son système, ou tout au moins une carte de choix « low tech » sur laquelle sont représentés les différents stades.
 
Si on utilise le modèle d'apprentissage descriptif, l’enseignant pourrait dire quelque chose d'autre à la place : « que se passe-t-il au cours du stade de la chrysalide ? » L’étudiant pourrait utiliser les mots de base : « Elle dort ». « Elle se transforme ». « Elle devient belle ». Chacune de ces phrases montre que l’étudiant comprend cette étape du cycle de la vie. »

Il y a plusieurs avantages à cette méthode d’apprentissage descriptif :

  • Cela donne à l’étudiant plus de pratique pour retrouver les mots de base et les combiner pour construire des phrases significatives.
  • Cela demande de la part de l’étudiant de réfléchir plus à fond et de façon plus créative sur un concept en vue de le décrire avec ses propres mots.
  • Cela épargne du temps à programmer et à apprendre comment retrouver les mots qui ne sont pas fréquemment utilisés.
Description du cycle de vie du Papillon avec un système de CAA

Kate Ahern consultante, dit aux enseignants et aux orthophonistes : « Vous travaillez trop dur ! » parce que « Tellement de professionnels pensent qu’ils doivent programmer chaque mot dont l’utilisateur de CAA aura besoin pour une leçon théorique, un voyage ou autre. »

Quel vocabulaire, donc, nous faut-il ajouter et personnaliser ?

Nous nous assurons que les utilisateurs de CAA ont des systèmes solides avec l’accès aux mots de base et nous intégrons le modèle d’apprentissage descriptif, mais qu’en est-il des autres mots : le vocabulaire spécifique ? Carole Zangari, sur le site PrAACtical AAC nous rappelle : « Un système, riche en vocabulaire de mots de base, ne sous-entend pas que nous ignorons le vocabulaire spécifique. Tous les utilisateurs ont besoin de mots qui leur permettent de parler des choses qui leur sont proches et chères : les gens / animaux de compagnie présents dans leur vie, les choses qu’ils aiment, les lieux où ils aiment aller, etc. »
 
Ainsi, vous pouvez décrire ce que vous voulez dire grâce aux mots de base donc ne vous focalisez pas sur l’ajout de beaucoup de vocabulaire - juste le vocabulaire spécifique important et pertinent !

Ressource additionnelle :