Relever le défi de la CAA pour un enfant avec un TSA - Découvrir le pouvoir des mots

 
Dans la partie précédente de cet article, nous avons parlé de l’importance de la voix et de ses composantes pour un enfant un trouble du spectre de l’autisme. Afin d’entrainer le plus précocement possible les habiletés conversationnelles de l’enfant avec un trouble du spectre de l’autisme, le dispositif de communication doit soutenir l’enseignement élargi de toutes les fonctions de communication.

Le vocabulaire de base


Celles-ci sont portées par le vocabulaire de base, qui regroupe des mots utiles et fonctionnels, pouvant s’associer entre eux, comme les pronoms, les déterminants, les verbes, les prépositions, les conjonctions, les adverbes et les pronoms relatifs et interrogatifs. Un code de couleurs simple doit permettre aux enfants de comprendre que ces mots appartiennent à une même classe grammaticale (pronoms en orange, verbes en rose, etc…). Une grammaticalisation de notre langue est indispensable, offrant, de façon simple pour des personnes encore non lectrices, les conjugaisons des verbes, les accords des noms et des adjectifs, les différentes déclinaisons des pronoms, etc..

 
Support grammaitcal en français

Les motifs pour communiquer

Grâce à ce vocabulaire de base et à l’accès à la grammaire de notre langue, l’enfant pourra exprimer, par exemple avec le nom « chocolat » :
  • Ses demandes et ses besoins : « je veux manger du chocolat. »
  • Son refus : « je ne veux pas de ton chocolat ! »
  • Exprimer son sentiment : « j’aime, le chocolat. »
  • Faire un commentaire : « ça sent le chocolat. »
  • Exprimer une opinion : « ce chocolat n’est pas bon. »
  • Parler d’évènements passés : « hier, j’ai mangé du chocolat », ou futur : « demain, il y aura du chocolat. », ce qui permet ensuite de planifier.
  • Raconter une histoire, vraie : « Elle a acheté beaucoup de chocolat », ou imaginaire : « je suis un garçon en chocolat ».
Le dispositif doit être capable de soutenir toutes les interactions sociales, en disposant simplement les termes de politesse de base. Il faut aussi qu’il soit assez riche pour que l’enfant puisse se moquer, mentir, faire une blague… bref tout ce que nous faisons nous avec nos mots à l’oral. Bien sûr, ces termes doivent déjà se trouver dans le programme afin de les utiliser dès que la situation se permet et d’offrir à l’enfant autiste un modèle de communication sociale adaptée au moment et à l’endroit où il vit cette situation. C’est le meilleur moyen pour lui de généraliser cette compétence.

Le vocabulaire spécifique

Le dispositif doit bien sûr également proposer du vocabulaire spécifique, aisément accessible, souvent classé par champs sémantiques. Pour rendre la construction des phrases simples et fluides, l’idéal est que l’enfant retrouve dans ces pages dédiées du vocabulaire de base adapté au contexte et se situant à son emplacement habituel sur la page d’accueil. Cela supporte la planification motrice : l’enfant ne cherche plus les mots courants qu’il connait par cœur, sa main sait où les trouver rapidement. Il est disponible à la fois pour créer des phrases correspondant à son projet de communication, mais aussi pour apprendre du vocabulaire nouveau. 
Cette planification motrice est particulièrement précieuse pour les enfants avec autisme qui mémorisent la séquence des symboles à toucher et découvrent que certains mots orange sont souvent suivis de mots rose quand on crée une phrase, par exemple, puis ajoutent aisément le nom en jaune. Il doit être possible d’y insérer les images de l’enfant, les photos des personnes, les objets, des lieux de son environnement, très facilement.  Cela signifie que le dispositif est riche, qu’il soutient le développement du langage et de la communication l’un et l’autre et simultanément. 

La modélisation

Nous – même, quand nous apprenons à parler et à communiquer à un jeune enfant disposons de la richesse de notre propre langage et de nos compétences communicatives. Nous les adaptons à notre petit interlocuteur en lui offrant un bain de langage adapté à son âge, à ses intérêts et à ses connaissances. Avec un dispositif complet, on procède de la même façon. On parle à l’enfant en utilisant son dispositif, partout, tout le temps, dans la vie quotidienne, avec des mots adaptés. C’est ce qu’on appelle la modélisation. 
On peut aussi le motiver en lui proposant des activités qui lui plaisent et rendent l’effort pour apprendre la communication tellement amusant … qu’il ne s’agit plus que d’un plaisir. Connaitre précisément les goûts de l’enfant avec un autisme pour choisir les thématiques qui lui plaisent le plus, les jouets qui l’amusent, est le socle qui va soutenir l’installation du dispositif de CAA.
 Les livres de littérature jeunesse, les chansons, sont aussi d’une grande aide, très précieuse, et tellement agréable, pour modéliser le vocabulaire de base. On peut imprimer la page d’accueil sur un joli coussin tout doux, qui devient notre complice à histoires.
 
Coussin de tableau du vocabulaire de base Crescendo - Proloquo2Go
 
On peut aussi constituer un imagier du vocabulaire de base, dans lequel l’enfant trouvera les pictogrammes de la page d’accueil associés à des photos de sa vie quotidienne, des captures de ses histoires favorites, illustrant dans une phrase ce mot et l’aidant ainsi à le mémoriser.

La communication au quotidien

Tous ces supports sont très appréciés des enfants avec de l’autisme, qui aiment retrouver des histoires fétiches, la musique et les chansons, recueillir et collectionner des mots et les illustrer d’anecdotes montrant le magnifique pouvoir de ces mots dans leur vie.
 Vous pourrez laisser libre cours à votre imagination, du moment que la communication reste un plaisir pour l’enfant. Car communiquer n’est pas un exercice, c’est la vie et c’est ce défi que le dispositif bien choisi et porté par votre plaisir et la motivation de l’enfant va vous permettre de relever.
 
 
~ Albane PLATEAU, orthophoniste à l'IME Constellation et au SESSD APF de Saint Etienne.
 
Bibliographie

J. MARDEN et A. HARTMANN, http://coreword.assistiveware.com/, 2016

M.J. SMITH, Teaching Playskills to Children With Autistic Spectrum Disorder: A Practical Guide, 2001, DRL Books

 

Share this page