À FAIRE et À NE PAS FAIRE de la CAA - Temps d’attente

Fournir assez de temps aux personnes qui utilisent de la CAA est très important, car utiliser un outil de communication prend du temps. Nous devons essayer de fournir suffisamment de temps pour que la personne qui utilise une aide à la communication réclame son tour dans la conversation, traite ce qui a été dit et ce qu'elle veut dire, puis compose son message.

Ce n'est pas pour rien que donner du temps figure sur beaucoup de listes de soutien et d’intervention pour les utilisateurs de CAA. Toutes les personnes qui utilisent la CAA, qu’elles soient jeunes et débutant leur apprentissage ou bien des adultes accomplis, ont besoin de temps. Utiliser la CAA pour communiquer demande du temps et nous, en tant que partenaires de communication, devons en offrir assez pour que la personne utilisant la CAA puisse réclamer son tour de parole, pour traiter ce qui a été dit, pour s’exprimer et puis pour rédiger son message.
 
Cela devrait être facile mais pour beaucoup d’entre nous, cela est difficile et demande de la pratique. Que la CAA soit une application sur un iPad, un appareil spécifique ou une feuille de papier, cela prend du temps et c’est à nous de nous assurer que nous en proposons. 

Le temps d’attente parfait

Dans son article "On Not Talking" sur le site PrAACtical, Carole Zangari décrit « le temps de pause parfait ». Elle nous rappelle qu' « Il y a de la puissance dans un temps d’attente ».

Pourquoi proposer du temps d’attente ?

  • Pour faire comprendre à l’utilisateur que c’est son tour
  • Pour permettre à l’utilisateur de traiter ce que vous dites
  • Pour donner à l’utilisateur le temps de prendre son tour

Et ça marche ! Une étude d’Hilary Johanna Mathis intitulée “The effect of pause time upon the communicative interactions of young people who use augmentative and alternative communication” (en anglais - « De l’effet du temps de pause au sei des interactions de communication des jeunes utilisateurs de CAA - 2009 - Université de Canterbury), a démontré que si un partenaire de communication laisse un temps d’attente, l’utilisateur CAA réclamera probablement son tour et répondra avec plus de mots. Cette étude suggère qu’offrir un temps d’attente (jusqu’à 45 secondes) encourage les utilisateurs à réclamer plus de tours de parole et à utiliser plus de mots.  

Maintenant que nous vous avons convaincu de l’importance de faire une pause et d’attendre, nous aimerions partager l’information avec les frères et soeurs et les amis de façon à ce qu’ils puissent devenir, eux aussi, des partenaires de communication plus encourageants :

Et lorsque vous parlez avec votre frère ou soeur ou avec un ami qui utilise la CAA, la clé est la patience. Une conversation va prendre plus de temps parce qu’ils ont plus de choses à faire.

Pour les frères et soeurs et amis

Qu’est-ce-que Star Wars et la CAA ont en commun ? L’entrainement Jedi, bien sûr !   Quand Anakin a commencé son entrainement avec Obi-Wan, la première et la plus importante chose qu’il a dû apprendre a été la patience. Et lorsque vous parlez avec votre frère ou soeur ou avec un ami qui utilise la CAA, la clé est la patience. Une conversation va prendre plus de temps parce qu’ils ont plus de choses à faire. Vous pensez à ce que vous allez dire et votre cerveau dit à votre bouche de bouger et de le dire. Ils pensent à ce qu’ils vont dire, leur cerveau leur dit ce qu’ils doivent bouger pour utiliser leur tableau ou leur synthèse vocale, et ensuite ils ont besoin de se souvenir à quelle page ils doivent aller, y aller, peut-être épeler des mots, tout en se rappelant ce qu’ils voulaient dire et comment le dire. C’est lent. Ça en vaut la peine, mais c’est lent.   En gardant cela à l’esprit, voici quelques conseils pour être un excellent partenaire de communication, du style Jedi : 

  • Entrainez-vous à être un bon écoutant. Regardez la personne dans les yeux et concentrez-vous sur elle et votre conversation.
  • Posez beaucoup de questions ouvertes. Posez-vous à vos amis des questions auxquelles ils répondent juste par oui ou non ? Bien sûr que non ! Ce serait ennuyeux. Plutôt que de demander, « Tu aimes bien Rey ? », essayez « Quel est ton personnage préféré dans Star Wars ? ». Après avoir demandé, donnez du temps et ayez de la patience.
  • Attendez que la personne parle, ne dites rien, et continuez de la regarder. Montrez que vous êtes intéressé. Comptez jusqu’à cinq dans votre tête (un Mississippi, deux Mississippi….). Cela semble être long, mais c’est normal.
  • Si la personne n’a pas commencé sa réponse, regardez vers son outil de communication et souriez pour l'encourager. C’est une demande, ou un rappel pour dire que c’est à son tour.
  • Toujours rien ? Donnez-lui une idée. « J’aime beaucoup Finn et Leia, mais Rey est ma préférée. C’est une super guerrière ! Et toi ? » Puis attendez de nouveau. (Rappelez-vous ce que je disais au sujet de la patience. Cela demande de la pratique, mais vous y arriverez !).
  • Toute communication n’est pas verbale - répondez à tout. La personne a-t-elle fait une grimace lorsque vous avez parlé de Finn, Leia ou Rey ? C’est une réponse, aussi ! « Attend, tu n’aimes pas Leia ? pourquoi non ?! » Elle a intérêt à avoir une bonne réponse à cette question ! Attendez.
  • Si la personne répond, et bien, poursuivez ce bon travail ! Faites avancer la conversation, chacun votre tour.

Bien sûr, ce n’est pas la seule manière de devenir un excellent partenaire de communication. Par exemple, parfois vous serez avec votre ami, frère ou soeur, et quelqu’un arrive avec une question sur son outil de communication. Mais au lieu de s'adresser à votre ami, frère ou soeur, la personne se tourne vers VOUS et vous pose la question. Ne la laissez pas faire ! Souriez et dites, « Oh, mais c’est à Jack qu’il faut parler. Demandez-lui ! » ou « Je laisse Jack vous expliquer ». Ça s’appelle faire l’intermédiaire. Laissez-le faire la conversation et donner des explications. C’est son outil de communication, après-tout.

  • Vous pouvez vous tenir derrière votre ami, frère ou soeur, mais essayez de ne pas regarder la personne qui arrive. Vous voulez l’encourager à lui parler, mais pas à vous. Il faut de la patience pour montrer aux nouvelles personnes comment être un bon partenaire de communication, mais c’est important.
  • S’ils ont besoin d’aide pour se souvenir sur quelle page trouver quelque chose, ou comment dire quelque chose, vous pouvez vous pencher vers lui et lui murmurer à l’oreille ou bien montrer sur le tableau. Mais seulement s’ils ont vraiment besoin d’aide, après avoir patienté et compté en silence.

Et voilà, vous avez tout compris ! Avec juste un peu de patience Jedi, d’ici peu vous discuterez pour savoir si Han a tiré en premier.