On nous demande souvent : Est-ce que la CAA empêche l'utilisateur d'apprendre à parler ? Dans les équipes, un certain nombre de personnes est réticent à intégrer des formes alternatives de communication, de peur de voir les tentatives de prise de parole se raréfier au point que l'utilisateur de CAA arrête d'apprendre à parler.

Les recherches démontrent que l'utilisation de la CAA n'empêche pas les utilisateurs d'apprendre à parler. Au contraire, de nombreux utilisateurs développent leurs capacités grâce à la CAA.

Chaque personne est unique. Par conséquent, chacun peut avoir, vis-à-vis des solutions alternatives de communication, une réaction qui n'aille pas dans le sens de ce travail de recherche. Dans la grande majorité des cas, la CAA n'affecte pas négativement le développement de la parole. Bien au contraire, elle peut contribuer à améliorer le développement des compétences langagières des individus. De plus, le fait de fournir à quelqu'un un moyen de communiquer efficacement peut contribuer à réduire son niveau de frustration et à permettre le développement de ses compétences langagières.

La recherche

Voici deux des articles les plus souvent cités :

    •       "The Impact of Augmentative and Alternative Communication Intervention on the Speech Production of Individuals With Developmental Disabilities: A Research Review" by Diane C. Millar, Janice C. Light and Ralf W. Schlosser in Journal of Speech, Language, and Hearing Research, April 2006, Vol. 49, 248-264. doi:10.1044/1092-4388(2006/021).

Cet article présente les résultats d'une méta-analyse qui détermine l'effet de la communication alternative et améliorée (CAA) sur la production de la parole des individus qui souffrent d'un handicap du développement. Un travail de recherche complet dans les publications sorties entre 1975 et 2003, prenant en compte les données concernant la production de parole avant, pendant et après l'adoption de la CAA, a été conduit en combinant l'utilisation de moyens électroniques et manuels. 

« Cet examen des recherches fournit la preuve que la communication alternative et améliorée n'inhibe pas la production de la parole. Au contraire, la CAA contribue à la renforcer. »

    •       "Effects of Augmentative and Alternative Communication Intervention on Speech Production in Children With Autism: A Systematic Review" by Ralf W. Schlosser and Oliver Wendt in American Journal of Speech-Language Pathology, August 2008, Vol. 17, 212-230. doi:10.1044/1058-0360(2008/021) 

Cette analyse systématique est destinée à déterminer les effets de la communication alternative et améliorée (CAA) sur la production de parole chez les enfants autistes ou les enfants qui souffrent du trouble envahissant du développement non spécifié. Une méthodologie d'analyse systématique a été employée pour éviter les biais dans la recherche, la sélection et le traitement d'études pertinentes. Des recherches variées ont été effectuées sur des études rédigées entre 1975 et mai 2007. Elles utilisaient diverses bases de données (bibliographiques, thèses et mémoires...) et des recherches basées sur une sélection de journaux ainsi que des compilations de thèses ou de mémoires traitant de la CAA. Pour pouvoir être utilisées, les études devaient répondre à des critères très stricts. Un manuel de codage et un formulaire ont été utilisés pour faciliter l'extraction des données relatives aux caractéristiques des participants, aux spécificités de traitement, aux mesures et aux résultats.

« Les résultats ont montré que l'utilisation de la CAA n'entrave pas la production de la parole. En réalité, la plupart des études ont montré une augmentation de celle-ci. Cependant, les analyses plus approfondies ont montré que les gains étaient relativement modestes. »

Communicateurs multimodaux - Parole et CAA

Tous les utilisateurs de CAA sont des communicateurs multimodaux et utilisent divers moyens de communication. Ils utilisent leur système de CAA, des expressions faciales, des sons, des gestes en combinaison de tous les éléments langagiers qu'ils sont capables de produire. Ils choisissent le moyen de communication qui sert au mieux le message qu'ils veulent faire passer. Dans la pratique, nous savons que la parole est un moyen de communication plus rapide et plus efficace que le système de CAA. Cela signifie que lorsqu'un utilisateur est capable d'utiliser la parole, il est probable qu'il utilise ce moyen pour communiquer son message. L'usage de la parole est souvent plus efficace lorsqu'il est complété par l'utilisation d'un système de CAA. Si l'utilisateur ne peut pas s'exprimer clairement, le système pourra lui permettre de clarifier le message. L'utilisateur peut ainsi bénéficier d'une meilleure expérience que s'il devait utiliser la parole seule. Il est aussi fort probable qu'il se risque plus facilement à utiliser la parole à l'avenir.

Le plus important est que les personnes qui souffrent d'une limitation de leurs capacités langagières puissent s'exprimer par tout moyen. Il est important de valoriser tous les modes de communication qu'ils utilisent. La force de la CAA est de permettre aux personnes qui ont des capacités langagières limitées de bénéficier d'un vocabulaire plus étendu et de pouvoir communiquer bien plus de choses qu'elles ne pourraient le faire en utilisant uniquement la parole.

Surmonter les obstacles

Fournir à quelqu'un un système de CAA ne va pas l'empêcher d'apprendre à parler. On peut réaliser tellement de choses lorsque l'on rend la parole aux utilisateurs de CAA !

Faire le test : Suivre le Guide Apprendre la CAA pour vous orienter dans son implémentation destinée à l'utilisateur. Cela peut vous aider à surmonter les obstacles que vous pourrez rencontrer en chemin et qui pourraient vous empêcher de réussir.

________________________________________________________________________________

Liens et références 

  • Les articles suivants sont des articles de recherche qui confortent cette position.
  • Baumann Leech, E. & Cress, C. (2011). Indirect Facilitation of Speech in a Late Talking Child by Prompted Production of Picture Symbols or Signs. Augmentative and Alternative Communication, 27 (1), 40-52.
  • Blischak, D. M. (1999). Increases in natural speech production following experience with synthetic speech. Journal of Special Education Technology, 14, 4453.
  • Blischak, D., Lombardino, L., & Dyson, A. (2003). Use of Speech-Generating Devices: In Support of Natural Speech. Augmentative and Alternative Communication, 19 (1), 29-35.
  • Cress, C., & Marvin, C. (2003). Common Questions about AAC Services in Early Intervention. Augmentative and Alternative Communication, 19(4), 254-272.
  • King, A., Hengst, J., & DeThorne, L. (2013). Severe Speech Sound Disorders: An Integrated Multimodal Intervention. Language, Speech, and Hearing Services in Schools, 44, 195-210.
  • Millar, D., Light, J., & Schlosser, R. (2006). The Impact of Augmentative and Alternative Communication Intervention on the Speech Production of Individuals With Developmental Disabilities: A Research Review. Journal of Speech, Language, and Hearing Research, 49, 248-264.
  • Romski, M. & Sevcik, R. (2005). Augmentative Communication and Early Intervention: Myths and Realities. Infants and Young Children, 18(3), 174-185.
  • Romski, M., Sevcik, R., Adamson, L., Cheslock, M., Smith, A., Barker, R., & Bakeman, R. (2010). Randomized Comparison of Augmented and Nonaugmented Language Interventions for Toddlers With Developmental Delays and Their Parents. Journal of Speech, Language, and Hearing Research, 53, 350-364. 
  • Sigafoos, J., Didden, R., & O'Reilly, M. (2003). Effects of Speech Output on Maintenance of Requesting and Frequency of Vocalizations in Three Children with Developmental Disabilities. Augmentative and Alternative Communication, 19(1), 37-47.
  • Schlosser, R. & Wendt, O. (2008). Effects of Augmentative and Alternative Communication Intervention on Speech production in Children with Autism: A Systematic Review. American Journal of Speech-Language Pathology, 17, 212-230.